Menace d’expulsion à Chilleurs-aux-Bois, 72 locataires et propriétaires, résidants à l’année, se battent pour défendre leur dignités
À LA UNE CENTRE-VAL DE LOIRE LOIRET

Menace d’expulsion à Chilleurs-aux-Bois, 72 locataires et propriétaires, résidants à l’année, se battent pour défendre leur dignités

Des habitants expulsés de chez euh !

Menace d’expulsion à Chilleurs-aux-Bois, 72 locataires et propriétaires, résidants à l’année, se battent pour défendre leur dignité

Des habitants bientôt expulsés de chez eux

Une expulsion prévue suite à une facture impayée de plus de 90 000 € principalement due à une augmentation de plus de 300% de l’électricité entre 2020 et 2022 par la SICAP – SOCIETE COOPERATIVE D’INTERET COLLECTIF AGRICOLE de la région de Pithiviers, distributrice de l’énergie électrique dans le Loiret, celle-ci est présente dans 95 communes. Ce projet d’expulsion a provoqué une manifestation à Chilleurs le dimanche 24 avril.

Un enjeu bien motivé

L’enjeu de cette manifestation était de faire valoir l’humain afin que les habitants de la commune et des alentours puissent prendre conscience de la gravité du sort qui est réservé aux habitants du Domaine : mettre les locataires et propriétaires résidents à la rue, et naturellement spolier tous les propriétaires victimes de ce projet d’expulsion.

Une mobilisation de plus de 60 personnes ce dimanche 24 avril dans les rues de la commune, les manifestants ont fait un arrêt devant le bureau de vote avec des slogans “Ne mettez pas 72 personnes à la rue, On existe, Les Responsables doivent payer, Monsieur le Maire on est en colère” pour ensuite rejoindre la mairie de Chilleurs-aux-Bois.

Des habitants du domaine de Chamerolles brandissant une pancarte – Non à notre spoliation | Copyright © JJC RADIO
Des habitants du domaine de Chamerolles brandissant une pancarte – Ne mettez pas 72 personnes à la rue | Copyright © JJC RADIO
Des habitants du domaine de Chamerolles brandissant une pancarte – Les pouvoirs publics doivent nous aider | Copyright © JJC RADIO

Le lendemain avait lieu l’assemblée générale comme nous l’a précisé un des propriétaires Raphaël ce dimanche:

On risque d’avoir 72 personnes qui vont se retrouver à la rue dans un peu plus d’un mois. Nous souhaiterions être entendu et accompagné par la mairie. Encore la semaine dernière j’ai demandé à ce qu’on puisse me rappeler puisque je fais partie du conseil syndical, on a des gens effrayés et des gens en colère on aimerait trouver une solution tous ensemble et pourtant on a aucun écho aucun retour, il semblerait que monsieur le Maire soit demain à l’assemblée générale mais l’assemblée générale c’est fait pour parler des chiffres, aujourd’hui on voulait parler des humains

Raphaël, délégué syndical

Des témoignages

Nombreux témoignages ont été recueillis, au-delà des messages négatifs que certains colportent sur le domaine de Chamerolles, celui-ci est un domaine très apprécié par ses locataires et propriétaires.
Voici quelques témoignages poignants, locataires comme propriétaires ne sont pas prêts de lâcher leur combat.

José 65 ans retraité :

Résident locataire depuis 7 ans. Malgré une situation compliquée sur la copropriété je suis heureux ici (j’ai retrouvé la santé). Avec ma petite retraite je ne saurais pas ou aller et je n’ai pas envie d’aller ailleurs. Cette situation me tracasse beaucoup et je resterai solidaire jusqu’au bout avec la copropriété.

Une Résidente locataire :

On vit en famille ici avec notre enfant de 12 ans depuis un an. Nous sommes à proximité des commerces, de l’école, de la nature et dans le calme. En aucun cas nous ne sommes contraints d’être ici.

Philippe 58 ans : Résident

Locataire depuis 7 ans et heureux de vivre dans ce « petit village » avec de bonnes relations de voisinage. Je suis très inquiet de la situation et de voir si peu de considération notamment concernant les coupures d’électricité. N’oublions pas que nous sommes des êtres humains.

Yvan 28 ans Bucheron :

Résident locataire depuis 3 ans, je suis dans mon élément ici, j’aime la nature. Mon logement a été rénové et j’y suis très bien, je ne souhaite pas partir d’ici.

Tiphaine 50 ans et Michel 58 ans routier :

Notre famille vit depuis 6 ans sur la copropriété. Nous avons acquis le bien ou nous vivons au prix de 50 000 euros et nous avons 2 autres chalets en location que nous avons acheté au prix de 37 000 et 27 000 euros. Clairement si l’on nous enlève nos droits sur nos biens nous sommes ruinés et à la rue, sachant que nous avons une petite fille de 9 ans. Nous sommes heureux de vivre ici, mais j’espère que vous êtes conscients de la situation dramatique dans laquelle nous pourrions nous retrouver.

Jean-Luc 56 ans électricien de métier :

Je réside en tant que locataire depuis 4 ans, je me sens très bien où j’habite (endroit calme et agréable à vivre malgré les soucis de la copropriété ). J’ai déjà 56 ans et je souhaiterais finir mes jours ici en paix.

Christiane 58 ans :

Je réside en tant que locataire sur la copropriété depuis 13 ans. J’aime le Domaine de Chamerolles, on est un petit village joyeux et heureux d’y vivre. Je ne me vois pas vivre ailleurs.

Michèle 56 ans :

Locataire depuis 6 ans et je souhaite rester ici tout le temps que c’est possible et le plus longtemps possible. Je me sens très, très bien ici, j’aimerais qu’on me laisse faire ma petite vie tranquille.

Bruno 47 ans conducteur voyagiste :

Propriétaire résident depuis plus de 15 ans. Je suis venu ici par choix et non par obligation (coup de coeur). Je me considère comme un bon citoyen qui travaille depuis ses 18 ans.
J’aime le domaine de Chamerolles pour son côté calme, nature et le collectif qui va avec. Avons-nous le droit d’être heureux ?

Philippe 67 ans et Nathalie 59 ans Retraités :

Locataire résident depuis 6 ans. On se sent bien actuellement dans la copropriété et nous souhaiterions y être encore mieux. Nous pensons qu’avec un accompagnement collectif ce serait possible. Nous sommes ici par choix.

Stephen 25 ans Boucher :

Résident propriétaire depuis 4 ans, avec ma compagne et ma fille de 10 mois. Nous vivons dans ce logement qui a été entièrement rénové. Nous nous plaisons énormément dans cet environnement et nous serions encore plus heureux avec plus de considération et un avenir serein pour ma famille.

Anne Marie 70 ans Retraitée :

Locataire résidente depuis plus de 2 ans, je suis venue sur la copropriété après avoir subi une agression à Boynes ou je vivais. J’ai trouvé ce logement et je ne regrette pas car j’ai de la place pour accueillir mes petits enfants et j’ai tout le confort, je me sens très bien, j’ai retrouvé la santé.

Raphaël 38 ans, Responsable logistique :

Résident propriétaire depuis 15 ans, j’ai réalisé les aménagements intérieurs et extérieurs qui correspondent à mon idéal. La nature aussi présente dans cette copropriété apporte un sentiment de bien-être malgré toutes les problématiques. Je ne me sentirais pas mieux ailleurs et le montant global de mon investissement s’élève à plus de 50 000 euros. SI je devais me reloger entre le coût des charges de copropriété, mon crédit immobilier, mon futur loyer et mes futures charges, je ne pense pas pouvoir vivre dignement.

Des demandes assez précise

Ce que réclament les habitants du domaine de Chamerolles c’est d’être pris en considération à leurs juste valeur, ce ne sont pas des sous-citoyens à qui le Maire de Chilleurs refusait même leur inscription sur les listes électorales., (ce ne sont pas des drogués, des délinquants… comme ont pu dirent certains).

Nombreuses questions se posent

Comment se fait-il que la mairie de Chilleurs- aux-Bois ait dirigé des familles modestes pour se loger à l’année à Chamerolles et, dans un même temps, conteste l’usage à l’année des dits logements en souhaitant qu’elle devienne exclusivement une zone d’habitation de loisirs.

Ce sont les questions que beaucoup de personnes se posent, notamment ceux qui on acheté de 2005 à 2021.

Comment ce fait-il qu’ils n’aient jamais été alerté par la mairie sur cette restriction au moment de l’achat.

Les propriétaires du domaine de Chamerolles sont rarement informés et finissent par se poser beaucoup de questions. En l’occurrence des piquets de mesures sont actuellement au niveau de la station d’épuration, le cadastre a été modifié : de trois parcelles cadastrées au moment de la signature chez le notaire en 2005, il n’y en as plus qu’une seule actuellement.

Pourquoi ???
Y-a-t-il des projets non communiqués ?

En tout cas une chose est sûre les manifestants ne veulent pas en rester là, ils font les choses dans les règles de la loi, bien que la mairie ne soit pas décidée à changer d’avis, la coupure d’eau et d’électricité (ce qui est inhumain) serait effective d’ici 4 semaines.

—-

NDLR :

Nous allons suivre l’affaire de très près.

Partager, aimer, commenter, cela nous permettra de faire entendre les revendications des manifestants afin de préserver leurs droits, leur habitation, leur liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.